Accueil  >  INFOS PRODUITS  >  Médicaments psychotropes

  

    Les hypnotiques, anxiolytiques, neuroleptiques et antidépresseurs sont des médicaments psychotropes c’est-à-dire qu’ils ont une action sur le système nerveux central. Prescrits par un médecin, après diagnostic, les médicaments psychotropes permettent d’atténuer ou de faire disparaître anxiété, troubles du sommeil, dépression, …
       Mais les psychotropes font aussi l’objet d’auto médication. Dans les deux cas, leur prise prolongée peut évoluer vers une pratique toxicomaniaque, détournée de son usage thérapeutique.
       La France est l’un des pays les plus consommateurs de médicaments au monde. Elle se situe également en tête pour les médicaments psychotropes1. Ces médicaments devraient être prescrits avec prudence pour des indications bien justifiées et pour un délai court avec suivi médical.

â–º Les hypnotiques ou somnifères : médicaments utilisés pour leur propriété à induire le sommeil.

Effets secondaires : les hypnotiques altèrent la vigilance, créent des troubles de la mémoire à court terme, entraînent des états confusionnels, des troubles de l’équilibre et à terme accoutumance et dépendance.

â–º Les tranquillisants ou anxiolytiques : médicaments utilisés contre l’anxiété : insomnie, angoisse, tension musculaire … Les plus couramment utilisés sont les benzodiazépines. Ces médicaments n’ont pas d’effet sur l’origine de l’anxiété. Il est donc conseillé d’entreprendre parallèlement une psychothérapie afin de dévoiler les facteurs psychologiques éventuellement en cause.

Effets secondaires : la prise de ces médicaments s’accompagne de somnolence parfois excessive, de troubles de la mémoire, de troubles de l’équilibre, et de phénomènes de dépendance et d’accoutumance.

â–º Les antidépresseurs : médicaments prescrits dans le traitement de certaines dépressions et de certains troubles anxieux. Le médicament améliore l’état symptomatique de certaines dépressions, mais n’a pas d’effet sur l’origine des pathologies anxieuses ou dépressives. Il est donc préférable d’entreprendre parallèlement une psychothérapie afin de dévoiler les facteurs psychologiques éventuellement en cause.

Effets secondaires : les antidépresseurs ne provoquent ni accoutumance ni dépendance. L’arrêt brutal du traitement est toutefois déconseillé.

â–º Les neuroleptiques ou antipsychotiques : médicaments à effets neurobiologiques, utilisés dans le traitement des psychoses (pathologies psychiatriques graves) telles que : délire, autisme, schizophrénie…

Effets secondaires : la prise de ces médicaments peut s’accompagner d’agitation psychomotrice (surtout au niveau des membres inférieurs), de troubles de l’humeur, d’anxiété, d’impuissance sexuelle, de prise de poids. Ces effets dépendent de la sensibilité de la personne et s’atténuent parfois avec le temps. Il n’existe pas d’usage toxicomaniaque des neuroleptiques.

Le statut juridique du médicament détermine la réponse pénale au trafic. Il existe 4 classes de médicaments :

â–º Les stupéfiants (Méthadone®, Skénan®, …) :
Ordonnance : Médicaments requérant l’utilisation d’une ordonnance sécurisée
Trafics : Code pénal, Code de la santé publique
Sanctions : Usage interdit hors prescription médicale (1 an d’emprisonnement et/ou 3 500 euros d’amende)
• La cession, l’offre à une personne en vue de sa consommation personnelle est passible de 5 ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.
• Le transport, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition ou l’emploi illicite sont punis de 10 ans d’emprisonnement et 7 500 000 euros d’amende.

â–º Liste I des substances vénéneuses :
Ordonnance : souvent non renouvelable
Trafics : Code de la santé publique
Sanctions : La production, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition ou l’emploi de ces médicaments, sans respecter la réglementation, sont punis de 2 ans d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende.

â–º Liste II des substances vénéneuses :
Ordonnance : ordonnance renouvelable
Trafics : Code de la santé publique
Sanctions : La production, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition ou l’emploi de ces médicaments, sans respecter la réglementation, sont punis de 2 ans d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende.

â–º Médicaments exonérés de la réglementation des substances vénéneuses :
Ordonnance : Médicaments accessibles sans ordonnance

La Méthadone® et le Subutex® ont deux statuts juridiques différents.
La Méthadone® est un stupéfiant, le Subutex® un médicament classé en liste I.
Les sanctions pour trafic sont donc différentes

â–º Usage criminel ou délictuel
Les benzodiazépines (somnifères et tranquillisants), administrés à l’insu de la victime, peuvent faire l’objet d’un usage criminel ou délictuel (viol, vol…).