Accueil  >  INFOS PRODUITS  >  Alcool

 

        L’alcool est un produit naturel issu de la fermentation ou de la distillation de fruits ou grains riches en glucides. La concentration peut être augmentée par le procédé de la distillation. Il est contenu en pourcentage variable (degrés) dans les boissons fermentées (vin, cidre, bière) et les boissons distillées (certains apéritifs, liqueurs ou digestifs, eaux-de-vie).

Un litre de vin à 10° contient 10% d’alcool.

 

♦   LE SAVIEZ-VOUS ?

       Vin rouge, vin blanc, champagne, cidre, digestif, pastis, bière...chaque verre de ces boissons (à condition qu’il contienne les doses servies dans les cafés) renferme la même quantité d’alcool, soit environ 10 g.

          Les réactions diffèrent selon le type et la quantité d’alcool absorbé, le degré d’accoutumance de la personne, son poids, son sexe, le mélange avec d’autres drogues…

â–º Effets immédiats : l’ivresse

♦  à faible dose : désinhibition ; sensation de détente ; euphorie ; flot de paroles…

♦  à forte dose : mauvaise coordination des gestes ; nausées ; troubles de l’équilibre, des réflexes, de la vision ; angoisse, agressivité ; somnolence, coma…

 

â–º Effets à long terme : usage nocif, dépendance

         L’alcool est un facteur d’affaiblissement de l’organisme. Le sujet alcoolisé offre moins de résistance aux maladies infectieuses, ainsi qu’aux blessures et traumatismes. Les opérations chirurgicales sont plus difficiles et dangereuses. Les conséquences sur la santé de la consommation d’alcool sont souvent reconnues tardivement. Elles viennent de l’absorption répétée, de quantités d’alcool importantes qui occasionnent des lésions, au niveau du système digestif comme du système nerveux.

â–º Quelques manifestations :

♦ Appareil digestif
Gastrite ; cirrhose du foie ; pancréatite ; cancers de la bouche, du pharynx et de l’œsophage (accrue par le tabagisme) ; maladies de surcharge (liées aux déséquilibres alimentaires) : obésité, diabète…

♦ Système nerveux
Atteintes nerveuses et musculaires (crampes, paralysie, polynévrite…) ; diminution ou perte de la mémoire et des facultés intellectuelles, démence.
La dépendance, consécutive à une consommation permanente ou périodique, correspond à la « perte de la liberté de s’abstenir d’alcool » (P. Fouquet).


â–º Une consommation modérée ?

         Selon l'OMS, une consommation modérée d’alcool se situe à moins de 2 verres par jour pour une femme et moins de 3 verres par jour pour un homme, quantités au-delà desquelles les risques de maladies et de troubles du comportement augmentent sensiblement.

â–º Enfants :
          L’enfant est particulièrement vulnérable à l’alcool, il est déconseillé de lui en servir, même en quantité minime, même exceptionnellement.

â–º Jeunes :
           Inexpérience, entraînement, goût de la provocation, autant de raisons qui poussent les jeunes à consommer, et qui les mettent en danger, notamment sur la route. Près de 19 jeunes de 15 à 24 ans meurent chaque semaine dans des accidents routiers.

â–º Femmes enceintes :
           L’alcool passe de la mère au fœtus par la circulation sanguine. Les conséquences peuvent être lourdes : avortement spontané, accouchement prématuré, malformations et retards psychomoteurs irréversibles. Il est recommandé à la femme enceinte de s’abstenir d’alcool pendant toute la durée de la grossesse et de l’allaitement.

â–º Route :
           La responsabilité de l’alcool dans certains accidents ne laisse aucun doute. L’alcool multiplie les risques d’accident mortel. Les conducteurs alcoolisés ont 8,57 fois plus de risques d’être responsables d’un accident mortel.

â–º Entreprise :
           Une attitude courante consiste à tolérer, protéger et cacher le buveur excessif, puis à le sanctionner, voire le licencier quand son état pose problème. L’entreprise est un lieu privilégié pour aborder ces problèmes, lors d’une action de sensibilisation.

â–º Cocktails dangereux :
           L’alcool et les produits contenus dans certains médicaments entrent en interaction et leurs effets s’en trouvent modifiés. Cela est particulièrement vrai pour les tranquillisants dont une faible dose accroît de façon notoire l’action de l’alcool (baisse de vigilance).
Lire attentivement les avertissements contenus dans les notices explicatives des médicaments.

â–º French Paradox :
           Plusieurs études font valoir le rôle positif que l’alcool, et notamment le vin pourrait avoir sur la santé (accidents cardio-vasculaires). Les effets bénéfiques ne concernent que des populations limitées (hommes de plus de 50 ans, sujets génétiquement déterminés) et n’empêchent pas parallèlement la survenue des effets dangereux, voire destructeurs, déjà cités. C’est un mode de vie sain (absence de tabagisme, alimentation sans surcharge, exercice physique) qui a des effets bénéfiques sur la santé.

Au quotidien :
       L’entourage du malade alcoolique souffre aussi (isolement, sentiment d’impuissance) et doit également être soutenu.

â–º Route et alcool, des risques dès le premier verre (0,2 g/l. de sang)
• diminution de la perception du danger,
• difficultés d’évaluation des distances,
• perturbation du sens de l’équilibre,
• diminution de l’attention et de la capacité de réaction,
• réduction du champ visuel,
• troubles de la vigilance.

â–º Protection des mineurs :
         Il est interdit de vendre ou d’offrir à des mineurs des boissons alcoolisées (dans les débits de boissons, les commerces et lieux publics).

â–º Sécurité routière :
        Des contrôles d’alcoolémie sont possibles, même en l’absence d’infraction ou d’accident, à l’initiative du procureur de la République ou d’un officier de police judiciaire (Art. L234-1 à L 234-9 du code de la route).
Le taux légal d’alcoolémie maximale est fixé à 0,5 gramme d’alcool par litre de sang (contrôle par analyse de sang) soit 0,25 milligramme par litre d’air expiré (contrôle paréthylomètre – article R 234-1du code de la route).
Pour les conducteurs de véhicules de transport en commun, ce taux légal d’alcoolémie maximale est fixé à 0,2 grammes d’alcool par litre de sang, ou 0,10 mg par litre d’air expiré (Art. R234-1 du code de la route / Décret 2004- 1138).
Dans les stations-service, la vente de boissons alcoolisées à emporter est interdite entre 18 heures et 8 heures du matin.